Votre agence immobilière vous trouve des biens de qualité à Marrakech

immobilier a Marrakech

Une nouvelle cité d’affaires, de bien-être, de santé et de loisirs a été officiellement lancée sur la rive nord du Bouregreg : il s’agit de Green Tech valley. Le projet se situe au cœur du nouveau quartier d’affaires Bab El Bahr, le long du Pont Hassan II. Le projet est estimé à un cout global de 2,5 milliards de dirhams qui seront étalés sur trois années. Le projet est développé par SMI, une filiale de Marita Group. Précisons que la Green Tech Valley s’étend sur une superficie de 3,5 hectares et que les travaux débuteront au premier semestre 2016 et la livraison est prévue pour la fin de l’année 2018. À partir de cette date, même Cote Medina votre agence immobilière à Marrakech pourra vous trouver des logements dans cet espace privilégié. Ce projet permettra aux clients et même aux citoyens de bénéficier de nombreux services. Précisons que Green Tech sera ouvert aux citoyens toute la semaine afin de bénéficier des soins, faire leurs courses, etc.

Parmi les prestations dont il est possible de bénéficier sur place, nous pouvons citer le Green Mall, les logements écoconstruits, le quartier des affaires, mais aussi la cité médicale dans laquelle seront pratiquées les thérapies alternatives. Des informations que les agences immobilières à Marrakech et ailleurs dans le Maroc pourront partager aux personnes désireuses d’acquérir un bien dans ce projet. Green Tech Valley est réalisé grâce au partenariat avec la Banque islamique pour le développement.

Le projet devrait satisfaire un double objectif sociologique et économique. Sur le plan économique, la ville de Salé en bénéficiera grâce à la création de 11 000 emplois à la fois directs et indirects. De plus, l’aménagement de la vallée du Bouregreg a pour objectif de réhabiliter et faire connaître le fleuve Bouregreg et sa rive, afin que les habitants des villes de Rabat et de Salé puissent bénéficier d’un lieu pour se détendre. Même les habitants du Sud marocain pourront contacter une agence immobilière à Marrakech ou ailleurs, pour y obtenir des logements. Le chantier a été lancé en 2006 et il est basé sur quatre axes principaux qui en sont les fondations. Ce sont la protection de l’environnement de la vallée, la préservation et la réhabilitation du patrimoine national, la démarche sociale et l’action citoyenne, et enfin l’amélioration du cadre de vie des populations de cette région.

standard

Quel avenir pour le secteur immobilier à Tanger, ville voisine de Marrakech ?

immobilier au maroc

Autant que les autres grandes villes du Maroc, la ville de Tanger connaît de nombreux projets qui participent à son développement économique, surtout sur le plan de l’immobilier. L’Union des promoteurs immobiliers au maroc est un organe suffisamment bien placé pour maitriser les tenants et les aboutissants du développement immobilier de la ville. Selon Issa Ben Yaakoub, président de cette structure, les professionnels du secteur immobilier de Tanger ne peuvent que se montrer optimistes quand on observe les nombreux projets de réaménagement et de restructuration du cadre de vie et de l’embellissement de la ville qui sont en cours de développement dans le cadre du projet Tanger-Métropole. Ce projet rendra Tanger beaucoup plus intéressante pour les investisseurs, il se pourrait même que l’immobilier à Tanger rivalise avec le cadre immobilier à Marrakech. En plus des projets de réaménagement et d’embellissement, on compte les nombreux projets de la zone industrielle qui sont également prévus dans le cadre du projet Tanger-Métropole. La mise sur pied des zones industrielles va permettre la création d’un certain nombre d’emplois faisant ainsi croître la demande en logements.

État actuel du secteur immobilier à Tanger

Le secteur immobilier à Tanger a connu une grosse période de croissance entre 2000 et 2008, mais depuis le secteur vit une situation de régression, dans tous les segments. Cela s’explique par le fait que la majorité des transactions qui se déroulent à Tanger sont liées aux pays européens qui ont été frappés par la crise. Le secteur immobilier à Marrakech a été victime de la même situation pendant quelques années, avant de connaitre une reprise. De plus, les MRE (Marocains résidant à l’étranger) qui représentent la masse la plus importante des acheteurs de biens immobiliers à Tanger ne cessent de voir leurs revenus diminuer. Avant la crise les MRE pouvaient acquérir des biens dont les prix variaient entre 500 000 et 1 million de dirhams, depuis quelques années, ils sollicitent surtout les logements sociaux dont le prix est d’environ 250 000 dirhams. Toutefois, le déficit en logement que vit le Maroc actuellement fait que la demande ne cesse de croître.

Le segment des biens de haut standing est celui qui est le plus affecté par cette situation, la chute est d’environ 50% sur les ventes, mais aussi sur les réalisations. Pourtant ces biens se vendaient sans problème avant 2010. Dans la zone résidentielle où se situent certains quartiers comme Souk El Bkar où Iberia, les demandes continuent d’arriver même si elles sont en baisse ? La situation n’est pas la même dans le secteur immobilier à Marrakech où les acheteurs de bien haut standing sont toujours plus nombreux. Depuis 2012, le secteur des logements sociaux est celui qui vend le plus de produits dans la ville de Tanger, on observe également une augmentation de la demande en logements sociaux dans le secteur immobilier à Marrakech. Le développement de ce segment a commencé en 2010 grâce au plan de relance du logement social qui tient sur la période 2010-2020. Grâce à ce plan, les promoteurs bénéficient de nombreux avantages et facilités sur le plan fiscal, ce qui les encourage à produire ce type de logements. L’engouement pour le logement social a été la cause d’une forte concurrence qui a abouti à la production de logements de meilleure qualité. Ainsi, différentes couches sociales sollicitent désormais les logements sociaux, surtout les MRE et les habitants de grandes métropoles qui souhaitent acquérir une résidence secondaire dans la ville de Tanger.

standard

Place de l’immobilier dans le patrimoine des ménages à Marrakech et au Maroc

vente villa hivernage marrakech

Selon les derniers chiffres de Bank Al-Maghrib, les ménages marocains sont surendettés, un peu plus chaque année. Les principales raisons de cet endettement sont l’investissement immobilier et les crédits à la consommation. Les ménages marocains résidents à l’étranger ne dérogent pas à la règle, ils empruntent de fortes sommes pour assurer leur investissement immobilier à Marrakech avec ChicRiad ou dans les autres villes du Maroc. Cela n’empêche pas les ménages de disposer d’un certain patrimoine financier. Patrimoine qui connait une bonne dynamique depuis quelques années. En effet, en fin 2014, on observe que les placements mobiliers des ménages ont augmenté de manière forte, tout comme leurs versements dans les banques. Au total en 2014, les ménages marocains possèdent la somme de 655 milliards de dirhams en patrimoine financier, une progression d’environ 7%. On observe donc une différence par rapport à la ventilation de 7,3% observée en 2013.

Toujours d’après Bank Al-Maghrib, cette hausse est le reflet partiel de l’accroissement non récurrent qui est associé à la contribution que le gouvernement a décidée. La constitution du patrimoine des ménages marocains, résidents ou non au Maroc, a quelque peu changé en 2014. En 2013 les versements dans les banques se chiffraient à 82% en 2013, alors qu’en 2014 ils se chiffraient à 80%, pour un total d’environ 536 milliards de dirhams. Ces versements dans les banques sont donc en hausse de 6,6%. Des versements qui servent parfois à investir dans des projets immobiliers à Marrakech ou ailleurs au Maroc. Dans le cadre des dépôts en banque, les dépôts à vue représentent 56%, pendant que les comptes d’épargne ont atteint en fin 2014 la barre de 24% de l’ensemble des dépôts enregistrés.

Les investissements dans les biens immobiliers à Marrakech et autres biens durables ont également augmenté, ils représentaient 10% en 2013 et 12% en 2014. Soit une augmentation de 2% dans un intervalle d’une année. La contribution des investissements mobiliers contribue à hauteur de 67 milliards dans le patrimoine financier des ménages marocains, une progression de 9,7% par rapport à l’année 2013. Les investissements immobiliers représentent la part la plus importante des placements des ménages, à hauteur de 87%, une augmentation de 3 points par rapport à l’année 2013. Quant à la part des titres de créance privés, elle a baissé de 3%, passant de 8% en 2013 à 5% en 2014. Depuis cinq ans, on remarque que la part de l’assurance-vie est assez constante et se maintient à 8%, soit un montant global de 52 milliards de dirhams à la fin de l’année 2014.

standard

Quelle évolution pour les prix de l’immobilier à Marrakech et au Maroc ?

vente immobilier à marrakech

Depuis la fin de l’année 2013, le secteur immobilier à Marrakech comme partout ailleurs au Maroc présente des prix au mètre carré plutôt bas, il en est de même dans de nombreux autres pays du monde. Que ce soit dans le segment du logement neuf ou celui du logement ancien, en 2014 les prix ont connu une baisse de 10,5% en comparaison à la fin de l’année 2012. Pour ce qui est de 2015, les professionnels ont essayé de dessiner un tableau plus ou moins représentatif de la situation tout au long de l’année.

Tendance des prix de l’immobilier dans les grandes villes du Maroc

D’après les professionnels de l’immobilier à Marrakech  sur ce site : http://www.atlasimmobilier.com/ et au Maroc, l’évolution des prix sera assez différente, en fonction des villes et des régions. Dans les villes les plus grandes, celles qui abritent une forte activité économique, les prix ne reculeront pas. Par contre dans les villes de taille moyenne où la saisonnalité occupe une place importante, l’activité immobilière affichera une certaine baisse durant les premiers mois de l’année 2015. C’est dans la ville de Casablanca que les prix des appartements anciens atteignent 16 111 dirhams par mètre carré en décembre 2014, un record. Les chiffres de la fin d’année 2014 nous montrent que Casablanca, Marrakech et Fès étaient dans le vert en fin d’année, à l’inverse de Tanger, Agadir et Rabat. Pour ce qui est de chaque type de biens, les prix moyens sont les suivants : les appartements se commercialisent à 14027 dirhams le mètre carré, les villas et logements de luxe à 12961 dirhams le mètre carré, enfin les bureaux et commerces à 18021 dirhams le mètre carré et ceci dans l’ensemble du Royaume.

S’agissant des appartements en particulier, le prix le plus bas a été observé au cours du mois d’août 2014, avec un prix de 12 902 dirhams par mètre carré. Par contre dans diverses autres catégories, par exemple les bureaux, les villas, c’est durant le mois de mars que les prix ont atteint une baisse remarquable avec un prix moyen de 11 401 dirhams/m² pour les bureaux et 10 489 dirhams/m² pour les villas. Si on fait un cumul de tous ces chiffres, nous pouvons dire que la tendance à la stagnation et aux faibles hausses devrait continuer durant les premiers mois de l’année 2015. Affaire à suivre de près.

Incoming search terms:

  • l\évolution de l\immobilier au marrakech h
  • l\évolution de l immobilier au marakech h
standard

Peut-on opter pour un contrat de réservation lors d’un achat de Riad à Marrakech ?

achat_riad_medina_marrakech_

Généralement, lorsque l’on se lance dans une transaction immobilière, de nombreuses conditions sont à respecter et elles sont accompagnées de nombreux documents faisant valoir ce que de droit. Avant, pendant et après un achat de Riad à Marrakech  , on retrouve de nombreux documents ou contrats qui peuvent être établis soit par l’une des parties soit par les deux parties d’un commun accord. Parmi les contrats on retrouve le contrat de réservation. Il s’agit d’un document qui est peu connu, mais qui joue un rôle important dans la sécurité des transactions pour les deux parties impliquées. Qu’est-ce qu’un contrat de réservation ? Il s’agit d’un avant-contrat qui stipule que le vendeur d’un bien immobilier le réserve pour l’acquéreur cosignataire du contrat. Dans ces conditions, le vendeur ne peut pas vendre le bien immobilier à une autre personne, dans le cas contraire, il devra reverser des dommages et intérêts au cosignataire.

Le contrat de réservation doit être formalisé par des écrits. Il n’est pas obligatoire de le faire enregistrer aux impôts, qu’il s’agisse d’un contrat de réservation lors de l’achat d’un Riad à Marrakech ou de tout autre bien immobilier sur le site http://www.immocomplice.com/. Dans le contrat de réservation, on doit retrouver certaines informations prioritaires comme la description détaillée du bien mis en vente. Cette description doit comprendre les informations suivantes : la surface habitable, le nombre de pièces principales et secondaires ainsi que leurs fonctions, en cas de copropriété la situation dans l’immeuble, le prix de vente estimé et les conditions de révision de ce prix, la description des qualités techniques de la construction comme les matériaux utilisés ou les équipements, la date prévue pour la signature du contrat de vente définitif. Si l’une des informations susmentionnées est absente du contrat de réservation, celui-ci est déclaré nul.

Le futur acheteur qui réserve le bien reçoit un certain nombre de documents à la signature du contrat de réservation. Parmi ces documents nous retrouvons une notice descriptive sommaire, le plan du lot réservé, le plan de masse de l’ensemble immobilier. Le principe est le même pour les achats de Riad à Marrakech. Durant la signature du contrat de réservation, le vendeur peut vous demander un paiement qui fait office de tarif de réservation. Toutefois, ce montant ne doit pas dépasser 5% du prix si la vente est prévue l’année d’après, 2% du prix de vente si celle-ci est prévue dans un ou 2 ans maximum.

standard