Marrakech dans la Littérature (II)

Maroc_Marrakech_Menara

L’inspiration dictée par la fascinante ville marocaine de Marrakech, par sa place Jemaa El Fna, par ses tensions religieuses et sociales et par ses innombrables et pittoresques scènes de la rue ont produit de nombreuses œuvres littéraires et de pensée. Voici une nouvelle liste de cinq de ces œuvres, dont les histoires, les réflexions et les aventures tournent autour de Marrakech, la Ville Ocre:

 

– Marrakech – George Orwell (Motihari, Inde 1903 – Londres, Angleterre 1950)

George Orwell at his typewriter.

Le célèbre auteur anglais George Orwell passa l’hiver de 1938-39 à Marrakech et laissa comme légat de son expérience marrakchi un essai bref, sévère et lucide qui porte le nom de la ville. Ses descriptions sont vives et chargées de réflexions à la fois énormément critiques et chaleureusement humaines. Cet essai est un portrait éloquent de la réalité coloniale de la ville marocaine pendant les années 1930, où les populations juive, arabe et subsaharienne apparaissent comme invisibles face au regard indifférent, frivole et aveugle des européens.

 

– La répudiée – Touria Oulehri

Touria Oulehri

Ce roman, récemment publié, raconte l’odyssée morale de Niran, une femme encore jeune et moderne, rejetée par son mari parce qu’elle ne peut pas lui donner un fils. Après plus de quinze ans de mariage, la pression sociale et familiale, dont les règles archaïques considèrent l’incapacité d’engendrer des enfants comme un déshonneur, font que son mari décide d’abandonner Niran pour se marier avec une femme jeune et fertile. Ainsi, Niran passera de la conservatrice et implacable Fès à Casablanca, plus libérale et indulgente, où la découverte de soi et un désir intense de recommencer à nouveau seront réalisés et l’emmèneront finalement à Marrakech, où Niran espère retrouver l’amour. En définitive, ce roman nous donne une vision proche et réaliste du phénomène de la répudiation au Maroc, au même temps qu’il nous révèle les tensions de la complexité culturelle, entre modernité et tradition, que souffre la femme marocaine contemporaine.

– El cuarteto de Marrakech (Le quatuor de Marrakech) – Alberto Ciáurriz (Pamplona, Espagne 1947)

Ce roman est singulièrement narré de la perspective quadrangulaire de ses quatre héros, les marocains Mohammed et Adid et les espagnols Juan Carlos et Paco. Le couple de marocains se rencontre è nouveau après une séparation des vacances qui met en évidence leur différentes expériences et perspectives sur la vie. Leur rencontre avec un couple d’espagnols, de séjour estival à Marrakech, découvre la complexité des relations humaines et des différentes cultures, avec son érotisme et ses déceptions, sa rage, sa tendresse, son vice, ses envies, ses innocences et ses pertes, le tout narré respectivement de l’horizon intime de chacun des personnages.

– Les mille et une nuits de Jemaa el fna – Juan Goytisolo (Barcelone, Espagne 1931)

Juan Goytisolo

L’écrivain espagnol Juan Goytisolo a dévoué de nombreux textes à la ville de Marrakech, à laquelle il réside actuellement. Un de ces textes, l’article intitulé “Les Mille et une Nuits de Jemaa el fna”, est particulièrement relevant, puisqu’il s’est érigé comme étendard de sa lutte pour conserver le patrimoine oral de cette place universelle. Dans ce texte, Goytisolo réfléchi sur la relation entre littérature orale et écrite, sur les concepts centraux de présence simultanée et de complicité de la première face à la rigidité de la deuxième. La place, “le seul endroit de la planète où tous les tours de l’année des musiciens, des conteurs, des danseurs, des jongleurs et des bardes jouent face à une foule nombreuse et qui sans cesse se renouvelle”, est un milieu de rencontre et de communication singulier et extraordinaire, creuset de cultures qui invite à la fraternité et à l’humour.

– L’enfant de sable – Tahar Ben Jelloun (Fès, 1944)

Tahar-Ben-Jelloun

“L’enfant de sable” est une histoire désespérée et dure de travestisme inspirée dans un événement réel. Hadj Ahmed est un homme qui désire désespérément d’avoir un enfant garçon, mais la vie le lui refuse. En apprenant que son dernier descendant est aussi une fille, il décide d’ourdir un simulacre: convaincre tout le monde que sa fille Zahra est un garçon, qu’il appellera Ahmed et qu’il éduquera comme un gars. Ce roman narre l’avortement d’une identité aliénée et impossible et, finalement, sa décision rebelle et perverse de continuer la tromperie de son père en se mariant avec une femme et en culminant ainsi une vertigineuse descente aux enfers du mensonge social le plus dément.

 

Je vous invite, du cœur de cette ville incomparable, à venir découvrir la magie et le charme de la Ville Ocre. Pour profiter encore plus de la séduction inévitable de ce lieu, vous pouvez loger dans un des magnifiques hôtels de Marrakech, dans les modernes et merveilleux quartiers de Guéliz et Hivernage, ou bien dans une des adorable et typiques riads de Marrakech, si proches de la place Jemaa el Fna, la plus grande du continent et, sans aucune doute, la plus passionnante et  séduisante de la planète.

standard

Have your say

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.