Les critères pour le carburant de la cheminée à l’éthanol

cheminée à l’éthanol dans votre salon

Dans le souci de préserver l’environnement qui se détériore de plus en plus, les autorités et les États Européens ont mis en place un certain nombre de mesures dans le but de réduire l’émission des gaz à effet de serre, en abrégés GES. Parmi ces mesures, il y a l’encouragement à la consommation des biocarburants qui par leur nature limitent le nombre de déchets émis et favorisent ainsi la préservation de la couche d’ozone. L’utilisation de la cheminée à l’éthanol entre dans le cadre de cette nouvelle politique qui vise à atteindre des objectifs jusqu’à l’horizon 2020. Ce type de cheminées peut se trouver sur le site Bio Factory. Dans le cadre de cette même politique, nous pouvons trouver les critères de durabilité des biocarburants énoncés par la directive énergie renouvelable.

Les critères de durabilité par la directive énergie renouvelable

Les critères de durabilité imposés par la directive énergie renouvelable, regroupent un ensemble d’exigences que les biocarburants et les États qui en importent ou en distribuent doivent respecter afin que leur biocarburant soit déclaré « aux normes ». Ceci n’a pas eu qu’un effet positif, car autant il est vrai que la consommation de biocarburants en Europe a augmenté, autant la consommation de biocarburants dans le secteur des transports a diminué. Pourtant, la consommation de biocarburants pour des équipements comme la cheminée à l’éthanol a augmenté. Parmi ces critères nous avons en premier, la réduction obligatoire de l’émission des gaz à effet de serre pour un minimum de 35% en comparaison aux carburants qui circulent déjà sur le marché. Cette réduction devra passer à au moins 50% en 2017 et à 60% à l’horizon 2018. Ensuite, les biocarburants ne doivent pas être faits à partir de terres qui abritent une grande biodiversité ou qui comprennent de grandes doses de carbone ou même de tourbières.

D’autres critères touchent le carburant utilisé dans la cheminée à l’éthanol, entre autres, la production de ces biocarburants doit se faire dans le respect de conditions agro-environnementales assez strictes. Les producteurs de biocarburants ont la possibilité de faire vérifier la conformité de leur carburant à ces normes, selon trois méthodes. Premièrement, un système d’évaluation national géré par l’Etat membre de l’Union Européenne, deuxièmement un système volontaire géré par les opérateurs économiques eux-mêmes. Ce système est en accord avec 8 systèmes déjà reconnus par l’Union Européenne, ce sont entre autres les systèmes de certifications RSB EU RED, RTRS EU RED, RBSA, Bonsucro EU, Greenergie, Ensus, ISCC ou encore 2BSvs. D’autres certifications sont en cours d’étude pour entrer dans cette catégorie, notamment REDcert ou RSPO. Il est également prévu de mettre en place des accords bilatéraux ou multilatéraux entre l’Union Européenne et d’autres pays.

standard